Las Letras, le quartier littéraire

Ce quartier tire son nom de la grande activité littéraire qui y régnait principalement pendant le Siècle d’or espagnol.En effet, ce quartier accueillit de grands noms de la littérature tels que Tirso de Molina, Calderón de la Barca, Lope de Vega ou encore Miguel de Cervantes.

Le quartier de Las Letras se trouve à proximité de l’Assemblée nationale, en plein cœur de Madrid, délimité par les rues Atocha, de la Cruz, San Jerónimo et le Paseo du Prado.

Sa principale artère est la rue Huertas avec, au sol, de célèbres citations gravées de grands écrivains tels que Quevedo, Luis de Góngora et Bécquer, entre autres. Une autre rue piétonne très célèbre est la rue Cervantes dans laquelle l’auteur a vécu jusqu’à ses derniers jours, et qui accueille aujourd’hui la maison-musée de Lope de Vega.

Histoire

Au XVIIesiècle, le quartier de Las Letras était appelé LasHuertas del Prado. C’était la rue qui permettait de rejoindre le Prado depuis le centre-ville. Le terme « Huertas » (« vergers » en espagnol) est dû à la présence des potagers qui s’y trouvaient à l’époque pour fournir la ville en fruits et légumes. Cette partie de Madrid fut ensuite le quartier bohème où résidaient les personnes qui ne pouvaient pas se permettre de gros loyers. Parmi eux figuraient les plus grands auteurs du Siècle d’or espagnol.

Aujourd’hui, la rue Prado possède l’un des immeubles les plus emblématiques de la ville. Il s’agit de l’Athénée scientifique littéraire de Madrid (Ateneo de Madriddéclaré bien d’intérêt culturelet fondé en 1835. Sa mission était de constituer le lieu de rendez-vous des grands intellectuels de l’époque. Il est aujourd’hui ouvert au public pour l’organisation d’ateliers, d’expositions, et il comprend également un restaurant.

À quelques pas de là se trouve l’église San Ildefonso du couvent des Trinitaires déchaussées, construit entre 1673 et 1698. C’est dans ce monastère qu’est enterré Miguel de Cervantes avec, sur l’une des façades, une plaque commémorative œuvre de Ponciano Ponzano.

Les « corrales de comedias » (sorte de théâtres aménagés dans des cours intérieures) se concentraient à l’époque sur la Place Santa Ana. Le Corral du Príncipefut l’un des premiers et nous le connaissons aujourd’hui sous le nom de Teatro español. Le Corral de la Cruzet le Corral de la Pachecaaccueillaient également les représentations des œuvres de Calderón ou de Lope de Vega.

Au centre de la place trône une statue du sculpteur Julio López qui rend hommage à l’un des plus grands poètes espagnols : Federico García Lorca. Sur cette même place, une autre statue, œuvre du sculpteur Juan Figueras, rend hommage cette fois à l’écrivain Calderón de la Barca.

Aujourd’hui

Bon nombre d’immeubles possèdent aujourd’hui encore des éléments architecturaux de l’époque. Ces éléments qui ont été préservés contribuent à la singularité de ce quartier par rapport aux autres zones plus contemporaines de la capitale.

Son évolution en a fait l’un des quartiers les plus animés de jour comme de nuit. Ses rues piétonnes accueillent de nombreux restaurants, des centres culturels, des boutiques de décoration, des galeries d’art et de nombreux établissements proposant des concerts en direct.

Le quartier accueille également de nombreux événements comme le Mercado de las Ranas (le marché des grenouilles)qui se tient le premier samedi de chaque mois. Ces jours-là, les boutiques et commerces exposent leurs produits dans la rue et transforment ainsi leur quartier en un grand marché aux puces.

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.plugin cookies

ACEPTAR
Aviso de cookies